17/02/2014

Ray of Light



 
Mail art 

Ray of Light : un projet lumineux proposé par le Berlinois Eberhard Janke pour ce 8e numéro sous le label d’Edition Janus.Du rouge au violet, le spectre est large. Il a inspiré 178 mail artists de 33 pays.

Ray of Light : Ray comme Rayon, Ray comme Ray Johnson… En effet le projet est un hommage au père du mail art. La silhouette du grand homme du Global Network se décline avec éclat, comme les couleurs du prisme, dans un catalogue qui m’a enchanté. 

Le mail art est une forme particulière d’utopie. C’est à Ray Johnson, cet artiste new yorkais hors du commun, que l’on doit l’impulsion. Dès la fin des années 50, il avait commencé à envoyer ses lettres-collages par la poste. Le mouvement s’est élargi progressivement, à partir d’un premier réseau d’amis proches. Pour se libérer du carcan et du mercantilisme du marché, il crée en 1962 la New York Correspondance School of Art. Cette « école », qu’il a toujours voulue sans règles et sans limites, a fini par former un véritable réseau mondial, un espace de liberté où tout doit rester accessible à tous et gratuit. 

À chacun donc de créer son propre réseau et d’abolir la frontière entre l’art et la vie. La lumière de Ray Johnson n’a pas fini de rayonner.
 
 
 
 
 
Bruno Sourdin & Fidélise, Ray of Light, a tribute to Ray Johnson, photo 2013
 
 
 

03/02/2014

Chanson pour Li Po

A Daniel Giraud


Il y avait le soleil de l’aube
Il y avait le vent dans les feuilles
Il y avait ces pichets de bon vin
Il y avait l’herbe sauvage
Il y avait mille oiseaux qui venaient manger dans sa main
Il y avait le hennissement des chevaux
Il y avait le tumulte des batailles
Il y avait cet air triste de flûte
Il y avait le fleuve qui coulait vers l’Est
Il y avait le sentier et les ronces
Il y avait les nuages mauves qu’il contemplait en montant au sommet de la montagne
Il y avait les cimes
Il y avait le vent qui emportait son bonnet
Il y avait le soleil qui disparaissait lorsqu’il s’allongeait parmi les pins
Il y avait les fleurs qui tombaient dans le crépuscule
Il y avait la cloche du temple
Il y avait le froid et la brume
Il y avait le cri nocturne des singes
Il y avait ses pupilles immenses
Il y avait la joie de l’ivresse
Il y avait la nuit profonde
Il y avait le vrai doute
Il y avait la beauté de la lune au milieu des nuages
et ma vie qui n’est qu’un songe 

Vêtu d’un nuage
en route
pour le monde sacré


(Hazel, éditions Les Deux-Siciles, 2005)



02/02/2014

Kart, Magazine of Multiplicity


Mail art 

Kart  est un fanzine d’art postal  édité en Australie, à Geelong, par David Dellafiora, très actif dans les réseaux de mail art depuis 20 ans. Cet Assembling Magazine se présente sous la forme d’une petite boite qui contient 15 travaux d’artistes du monde entier (mail artistes, écrivains, photographes, collagistes, designers…). Il est tiré à 40 exemplaires. David Dellafiora aime à dire qu’il a conçu Field Study pour « promouvoir la diversité artistique et culturelle ». Chaque contribution devient  ainsi l’émanation d’un esprit collectif.
Le 45e numéro de Kart est sorti en janvier 2014. La couverture est un hommage à Frew Publications, l’éditeur des aventures du Fantôme en Australie depuis 1948.
David Dellafiora conduit un autre projet original, Wipe, qui est la compilation de 40 boulots d’artistes, imprimés sur du papier toilette.
 
 
Une œuvre de David Dellafiora

 
 
Quelques numéros de Kart